Contenu - Carte de la recherche sur le cancer

Illustré par Joël Meyer / © SAKK

Recherche sur le cancer

Recherche préclinique

De nouvelles substances ou des combinaisons de médicaments déjà connus, ou d’autres nouvelles thérapies, sont testées en laboratoire en éprouvettes, dans des cultures de cellules, des micro-organismes, des modèles animaux et d’autres systèmes in vitro. L’innocuité et l’efficacité de ces substances ou traitements sont déterminés pour pouvoir prédire leurs effets chez l’homme. Cette recherche est conduite dans les universités et les compagnies pharmaceutiques.

Des institutions gouvernementales, des fondations comme la Ligue Suisse contre le Cancer et les compagnies pharmaceutiques financent la recherche préclinique ainsi que la recherche clinique.

 

Recherche clinique

Une fois qu’un médicament ou une thérapie potentiels sont considérés comme sûrs et semblent être efficaces d’après les résultats de la recherche préclinique, ils sont vérifiés et analysés chez l’homme. Ceci est fait dans le cadre d’études cliniques conduites dans les hôpitaux.

Le SAKK (Groupe Suisse de Recherche Clinique sur le Cancer) développe, organise et coordonne la plupart des études cliniques non commerciales sur le cancer conduites en Suisse.

Le développement d’une nouvelle étude est discuté au sein de groupes de docteurs de tous les hôpitaux membres, considérant les besoins des patients dans différentes indications ainsi que les connaissances scientifiques actuelles. Le Centre de Coordination du SAKK est responsable de la mise en place des nouvelles études. Une étude est décrite en détails dans le protocole de l’étude et l’information aux patients. Ces documents doivent être approuvés par les autorités compétentes (p.ex. Commissions d’éthique, Swissmedic) avant qu’une étude puisse démarrer. Le département Affaires réglementaires du SAKK prépare la soumission des documents requis aux autorités. Une fois autorisée une étude est implémentée dans les hôpitaux participants, en Suisse, et pour de nombreuses études, dans des pays d’Europe également.

Les patients sont informés sur les études par leur oncologue. S’ils désirent participer à une étude, ils recevront, à l’hôpital, le traitement prévu qui peut être un médicament, de la chirurgie, de la radiothérapie ou une combinaison de ces thérapies. Les données du patient et les résultats de tests de laboratoire et d’examens, ainsi que les symptômes et effets secondaires, sont documentés pendant le traitement et quelque temps après (suivi). Toutes ces données sont collectées de façon anonymisée au Centre de Coordination. La conduite correcte de l’étude dans les hôpitaux et l’exactitude des données sont vérifiées par un moniteur du Centre de Coordination. Les gestionnaires de données et les statisticiens vérifient aussi les données et les analysent.

Chaque étude est planifiée pour répondre à une importante question médicale et scientifique ; l’analyse des données permet de répondre à ces questions et d’améliorer les soins aux patients atteints de cancer. Les résultats de chaque étude sont communiqués et publiés dans des journaux médico-scientifiques pour informer le public.

 

Application

Quand il a été prouvé dans des études cliniques qu’un nouveau traitement améliore la réponse ou la qualité de vie des patients, il sera appliqué par les oncologues dans leur pratique quotidienne et les patients bénéficient directement des résultats de la recherche.